Séjour à Perpignan

Je pars quelques jours dans le sud pour voir mon papa. Je réserve le train, un petit appart à Amélie Les Bains et une voiture de location, pour la période du 04/08 au 09/08. Je compte profiter de 5 jours (le 09 partant tôt le matin) pour être à ses côtés. C’est sans compter les mauvaises surprises…

Lorsque j’arrive le mercredi, j’apprends qu’il n’y a qu’une seule visite d’autorisée, dû au covid, et il y a déjà sa femme….(qui savait que je venais….). Je décide d’aller tout de même jusqu’à la clinique et nous discutons. Elle n’a pas l’intention de me laisser les 4 jours restants….Merci…. Elle garde le vendredi et fini par « m’offrir »  le dimanche. Je ne dis rien, pour papa, je fais avec… mais j’en ai gros sur le cœur ! Je prends la route pour Amélie-les-Bains.

Patricia m’accueille pour le logement. C’est une amie de la proprio et elle est supère sympa ! Surtout qu’il n’était pas facile à trouver et le parking, bonjour l’angoisse… On voit des traces sur le mur, elle me prévient que certains ont même cassé le moteur dans la côte, et que le châssis de la voiture peut toucher à 2 endroits… Je descends quand même, mais en effet, je ne le ferais qu’une fois ! Le lendemain, j’ai calé juste dans le virage et bonjour le bruit du moteur quand je suis repartie ! J’ai préféré aller me garer sur un parking payant ! Patricia me prend même ma valise ! Elle me déplie chaise et petite table sur le balcon et nous faisons le tour. La vue est superbe !

A part le frigo qui se déclenche très bruyamment en pleine nuit, le parking et pas de wifi, j’y ai passé un moment agréable ! Je ne suis pas loin du centre-ville, il y a restaurants, brasseries / snacks et de quoi faire les courses. J’entendrais tous les soirs, les différents groupes de musique, en laissant la fenêtre ouverte. Le premier soir je suis surprise, c’est une fanfare mais, il y a un bruit qui ressemble à un feu d’artifice (voir vidéos : https://www.youtube.com/watch?v=c4q2BTzuTQw&list=PLCsshbBiGti9nnPMOui0DVkHxwV11OpU3&index=1).

Le jeudi 5, je vais enfin pouvoir voir papa, j’y vais au plus tôt et mange avec lui. Le matin, il est assis dans son fauteuil,  nous pouvons discuter, rire, tout va bien. Le médecin passe, parle d’une nouvelle chimio, ce qui ravit papa, car, pour lui, ça veut dire ralentir la progression du cancer ; il parle également d’une possibilité de retourner au Boulou (et là, pour les visites, ce sera plus simple, il y a un parc !). La chimio passe et.. l’état de papa se « dégrade » au fur et à mesure de l’après-midi. Il dort beaucoup, transpire … Le médecin repasse, ils vont baisser la morphine. Je pars vers 17h00, il n’est pas trop mal. Je lui avais promis de rester tant qu’il dormait. A chaque fois qu’il émergeait, il me faisait un petit signe de la main et un sourire.

Le vendredi je laisse donc ma place.
Je vais profiter pour aller me ressourcer dans l’Abbaye Sainte Marie à Arles sur Tech. Je passe également devant le superbe Hôtel de ville.

On ne pleure pas devant un malade, on ne dit pas tout ce qui ne va pas, il a besoin de nos sourires, de notre force… alors de le garder pour soi est parfois lourd et cet endroit m’a permis de prier et de laisser couler mes larmes.

Il y avait également une exposition de différents peintres, sculpteurs J’ai bien aimé ces tableaux.

J’ai ensuite voulu aller voir une chapelle mais… Plus la route de montagne montait, plus elle se rétrécissait ! Et puis voilà que mon GPS me dit être arrivée… hum il n’y a qu’un mur de pierre !!

Je continue de monter jusqu’au panneau qui dit : Route de montagne, rétrécissement, croisements difficiles, impossible de faire un demi-tour. Heu….Bon, on va opérer un demi-tour de suite alors ! En redescendant, je m’arrête sur un petit parking, et je vois le chemin de randonnée à pied, conduisant à cette chapelle. Oui mais 2.6 kms et c’est très pentu, je crains pour la descente…

Je choisis de rentrer et d’écouter les musiques, faire des courses pour les prochains repas…

Le samedi quand j’arrive, je vois la perf de sang, papa dort mais a des soubresauts à cause des douleurs. Il me fait peur, il en a marre et ne veut plus se battre… Ses globules rouges sont , de nouveau, trop descendues et on ne sait pas pourquoi … Je demande ce qu’il s’est passé. Le vendredi, en effet, ça n’allait pas mieux et ils ont dû transfuser, sans doute la chimio, pourtant moins forte que les précédentes. Le Boulou est repoussé à lundi. Pendant le repas, papa mange, très peu, nous parvenons encore à rire. Il n’aura qu’une heure trente de vraiment bien. Je lui passerais le gant sur la figure plusieurs fois dans l’après-midi, je l’aiderais pour boire et à chaque fois qu’il se réveille nous avons un peu d’humour. Il se reprend un peu. Quand je pars, c’est de nouveau, un moment où il ne va pas trop mal et surtout où il est conscient. Moi je ne dois pas être trop bien, je me retrouve en Espagne ! Demi-tour à la frontière…

Le dimanche, n’entendant aucun bruit, j’entre doucement sans frapper. Il dort, cette fois paisiblement, je m’installe et j’attendrais qu’il se réveille. L’infirmière m’explique qu’il a eu une toilette complète ce matin, (avec les douleurs trop fortes la veille, elles n’ont rien pu faire), que le tee-shirt a été coupé pour éviter de lui faire plus mal. Il est très fatigué. Cela a été la pire journée en fait ! Lorsqu’il s’est réveillé, il n’était pas bien du tout, fatigué, avec des douleurs et se sentant sans aucune force. Il retousse, ce qui lui fait extrêmement mal aux côtes ! Vers 14h l’infirmière s’aperçoit que l’antalgique n’est pas passé depuis ce matin !! Elle le remet rapidement en route et fait une piqure contre la douleur. Elle revient, plus tard, mettre un patch derrière son oreille contre cette toux et faire une nouvelle piqure.

Je ne pars absolument pas rassurée, même si comme les autres fois, il est mieux, bien conscient et près à se battre de nouveau. Je discute avec les infirmières, et même si des petites choses ne vont pas (et là je me pose la question pour ceux qui n’ont pas de visite…), avec les médecins, c’est une superbe équipe, qui fait vraiment le maximum de ce qu’elle peut, avec les moyens qu’elle a.

Avec tout le traitement du dimanche, papa va mieux le lundi et remange un peu. Plus de chimio avant 15 jours, alors espérons qu’il pourra partir pour le Boulou,  où j’espère aller le voir quand je pourrais de nouveau reprendre le train (après mon opération du genou).

Seule vue de la mer que j’aurais, c’est à partir du train…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close Bitnami banner
Bitnami