Des apprentissages

Hier, un peu comme devenue une habitude, j’ai travaillé avec  Iroquois. Mais il est vrai que plus je le monte, plus je l’apprécie, sans doute aussi que je le connais mieux et, qu’à sa façon  de  bouger son oreille, je sais ce qu’il va faire. Notamment hier il ya avait beaucoup de bruit dehors, derrière le manège, donc ses oreilles sont tendues, ses naseaux dilatés, je me tiens du coup en alerte mais tout en restant calme et essayant de le rassurer. Mais voilà que je lui fais peur en prenant un plot, bruit venant du frottement contre l’autre… Apparemment mon éclat de rire l’a rassuré. Il n’a pas trop bougé au montoir.

Ensuite le cours comme ces derniers temps, intéressant et bien travaillé. Bien sur, vu son départ, il n’a pas hésité à essayer d’éviter régulièrement deux coins du manège à s’écarter de la piste ! Mais dans le calme et en insistant je le ramène sans cesse dans ces coins.

Et plus je lis les méthodes en douceur, (mais en ne supprimant pas les « punitions ») plus je m’aperçois qu’elles sont bien plus efficaces que les méthodes rapides et forcément « violentes » (pas dans le sens je le bats ! mais tirer trop fort sur le mors, le cravacher sans réelles raisons, ou lui crier dessus … enfin tout ce qu’on fait par manque de temps ou énervement…).  

Ce matin j’ai mis en application, -ou plutôt j’ai fais mettre ^^- une méthode pour apprendre au jeune cheval à donner le pied plus facilement, pour un qui sait déjà un peu le donner (refus ?). J’explique à Ariane qu’on peut s’aider d’une longe, ce qui évite aussi les coups de pied. Et là doucement il lève le pied, je lui dis de reposer et de recommencer, puis doucement de le prendre avec la main. Et là, c’est sans soucis qu’elle le garde en main.

Pour un autre elle a eu la bonne idée (mais après s’être malheureusement fâchée !) de lui faire goûter l’eau du tuyau car il la refusait sur les jambes. Elle l’avait préalablement attaché et là il s’était affolé : cabré et tiré au renard… Je l’ai donc tenu, je lui parlais et lentement elle avançait le tuyau mais vraiment il n’a été complètement rassuré que lorsqu’il a eu l’eau dans la bouche.    

Ce qui est dommage c’est que cette jeune fille (adorable) ne se montre pas suffisamment patiente avec les jeunes chevaux, (en même temps elle est aussi assez jeune ^^). Et même sa mère lui en a fait la remarque, lors de son comportement pendant qu’il tirait au renard.

Ce matin donc, je m’occupe des sorties de chevaux et rentrées des autres. Là aussi c’est un régal de trouver des manières pour faire venir les chevaux difficiles sans automatiquement y aller avec le saut de granulés. Même Milord à l’appel de son nom est venu et s’est laissé mettre le licol.  

Le rêve serait que je puisse avoir un don comme ces nombreux chuchoteurs, et devoir juste le travailler pour le développer….

Une réflexion sur « Des apprentissages »

  1. Lire ce que tu écris sur la manière de communiquer avec les chevaux me ravit …Tu finiras bien par y arriver à leur « chuchoter » ce que tu attends d’eux…
    Persévère Murielle…ta passion et ton amour sont exemplaires.
    Amicalement.Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close Bitnami banner
Bitnami